Témoignage: Woody n’est pourtant pas un voileux, mais il arborera avec conviction le pavillon!

27 Juil

Non, le pavillon Mettez Les Voiles n’est ni agressif, ni sectaire. En aucun cas, cette « idée » cherche à condamner toute une catégorie de plaisanciers non voileux. La preuve, c’est que des usagers du Bassin en bateaux à moteur y adhèrent sans réserve, comme Woody et son Arcoa 600 Pueri Somnium par exemple, et il n’est pas le seul. Merci à lui pour son témoignage « étoffé ».

« Bonjour à tous,

j’ai décidé d’apporter ici mon témoignage, qui va sans doute faire tinter un peu différement les cloches de ces revendications «anti-nuisance» puisque je suis un inconditionnel du moteur à combustion interne…Le bateau est pour moi un moyen de transport. J’aime les bateaux à moteur. C’est comme çà.

 Quelque part au fond de mon cerveau reptilien se trouve une association d’idée formidable dont la réunion des éléments me met dans un état de félicité incroyable lorsque j’en vois un.

Le bateau c’est tout d’abord la chaleur du matin. Vous savez ce genre de journée dont on sait que l’humidité de la forêt ne survivra pas au delà de neuf heures.

Ensuite, les effluves de l’usine de facture qui reviennent avec les vents anticycloniques lors du petit déjeuner. Le quartier de l’Aiguillon qui grouille, animé par des dizaines de personnes qui s’affairent. 

Et puis l’odeur de l’huile des moteurs deux temps qui démarent. Les toussotements d’un six-cylindres, ou le claquement sourd et régulier d’un V8 sur un Guy Couach dans le lointain ! Un léger parfum ambré de crème solaire. La saison c’est comme çà pour moi. Je sais que la journée sera chaude et belle.

Je vis toute l’année sur le bassin d’Arcachon, et le bateau est le moyen de me rendre dans les différents endroits que j’affectionne pour prendre des photos dès que je ne travaille pas. 

Quoi de plus banal ? Je fais parti de ces personnes qui sortent du port aux même heures que les autres…C’est d’ailleurs pour cela que je vous vois tous !
Que nous nous voyons tous et que nous nous reconnaissons ; surtout ceux qui sortent après le 11 novembre. 

A cette période de l’année, la météo est parfois capricieuse, et le vent ne souffle pas toujours. La brume de mer peu envahir en quelques minutes le bassin, comme ce fut le cas le premier janvier en fin d’après midi.
Il y a aussi ces moments où l’orage monte, et la lumière doit être saisie au bon endroit. 

Alors j’utilise encore mon bateau. Et puis il y a les jours où je viens pour travailler, parce qu’avoir son bureau sur un Arcoa 600 offre une vue incomparable.
Pour toutes ces raisons je préfère les bateaux à moteur.


Mais ce que j’aime par dessus tout, quel que soit le bateau, c’est être sur l’eau. Je trouve que ce loisir a quelque chose en lui de très républicain, parce que nous sommes tous à égalité face à la mer lorsque nous profitons du même soleil, du même vent et de la même vue. 

 

Et si les bateaux bien alignés, au banc d’Arguin ou touche touche devant les cabanes tchanquées, témoignent incontestablement de quelques disparités de fortune, les maillots de bain rétablissent l’égalité naturelle des Hommes devant la vie et … le temps. Les problèmes ne surviennent pas lorsque les pére et mère profitent de leurs enfants, ou lorsque sous prétexte de convivialité en Arcoa 600 certains post-adolescents célèbrent la pleine lune du mois de juin à l’île aux oiseaux 

Lorsque nous acceptons de vivre ensemble, tous à notre façon nous essayons de préserver un peu le Bassin et nous nous respectons en nous saluant d’un petit hochement de tête signifiant que nous reconnaissons partager la même passion. Les déchets sont rapportés par les plaisanciers dans leurs bateaux et ne trainent pas sur le sable. L’île aux oiseaux est nettoyée tous les ans . De nouveaux produits anti-salissures moins toxiques arrivent sur le marché. Les moteurs consomment moins de carburant et d’huile qu’il y a quelques années…

Les problèmes surviennent lorsque l’on cesse de se regarder les uns et les autres profiter de ce coin de paradis pour ne plus penser qu’à nous même. Je ne crois pas que le phénomène de sur-fréquentation du bassin soit nouveau. 

D’aussi loin que je retrouve des photos, il me semble qu’il y a toujours eu des bateaux en très grand nombre à Arguin ou autour de l’île aux oiseaux l’été et encore ce ne sont que quelques jours dans la saison ; en général les deux dernières fins de semaine du mois d’août et la première de septembre. Il ne faut pas oublier que depuis sa création au XIXem siècle Arcachon a une vocation de site touristique. La fréquentation est notre gagne-pain. 

Ce qui me semble nouveau en revanche depuis une dizaine d’année, c’est l’apparition de comportements anti-sociaux tous plus insuportables les uns que les autres et qui eux, se produisent toute l’année !

Les bateaux vous frôlent en faisant d’énormes remous dans les esteys alors que vous êtes au mouillage. La table vole. Les verres se renverssent… Est-elle une chose plus triste qu’un verre renversé ? Brisé par le mépris individualiste d’un concitoyen en maillot de bain indifférent à ces larmes d’alcool qui se répendent tristement sur le pont.
Mais sans doute qu’une chose par dessus toutes est parvenue à lancer ce mouvement : la goutte d’eau. La nuisance des jet-skis.

(http://sanctuarcoa.wordpress.com/2011/01/04/carte-postale-la-saint-sylvestre-a-lile-aux-oiseaux/)

Parce qu’un bateau qui passe, fait des remous, renverse des verres, mais c’est un bateau qui passe même si il y en a dix. Le problème du jet-ski c’est qu’il reste ! 

En général ils prennent racine sur la plage à côté de vous -pourquoi toujours vous d’ailleurs ?-, et se relayent toute la journée jusqu’à épuisement de leurs réserves de carburant.
Je ne dois pas être le seul à avoir eu l’impression de servir de bouée de course autour de laquelle plusieurs minutes durant ces inconditonnels de la nuisance ont tourné. J’en ai même vu à marée haute slalomer dans les esteys entre les tonnes de l’île aux oiseaux, à pleine vitesse !!! Sans parler bien sûr de la vitesse excessive au milieu des enfants qui jouent au banc d’Arguin. Quand on pense que les kite-surf sont interdits là bas à cause des sternes et des milans, on soupçonne que les néo-malthusiens ne sont pas loins ! Le remède à la la trop forte fécondité humaine se trouve dans la mortalité infantile due aux jet-skis… J’en reste là.

Je fais des vagues, mon bateau fait du bruit et les moteurs diesel rejettent des particules cancérigènes (je déteste cette odeur !). Simplement, je ne laisse pas tourner mon moteur au mouillage pour recharger ma batterie, surtout lorsqu’il y a du monde à côté, je ne passe pas à pleine vitesse à proximité des voiliers, et je limite les remous lorsque je progresse dans des esteys étroits en présence de personnes au mouillage. Je sais et je salue le fait que certains professionnels fassent un grand travail de prévention auprès de leurs clients pour une utilisation plus raisonnée du matériel de location. 

Pour quels résultats ? Je crains que la seule solution qui soit proposée à terme soit la prohibition, la loi, la contrainte. Or à mon avis, rien de positif ne peut naître de la contrainte. Alors je place un espoir dans ce drapeau, et je me dis pourquoi pas ? Si nous voulions pour une fois avoir l’ambition d’agir en Hommes libres, nous pourrions peut-être réussir à trouver en nous même la force de nous respecter fraternellement lorsque nous nous retrouvons dans ce que nous n’hésitons pas à appeler de façon unanime le paradis. Et alors ce jour là, nous pourrions couler des jours heureux, navigant, bronzant et trinquant tous ensemble dans le meilleur des mondes. Enfin couler…. « 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :